Méditation avril 2019 | rencontre méditation respiration

Méditation avril 2019

Avril 2019

C’est le moment d’abandonner tous nos jugements, toutes nos idées fixes, tout ce qui empêche la transparence.
Prenons quelques instants pour jeter par-dessus bord ce qui nous encombre.
Nous pouvons alors accueillir toutes les couleurs de l’arc en ciel, et nous envoler libres et joyeux vers d’autres cieux.
Il est temps de s’élargir, de dépasser nos frontières, physiques, mentales et spirituelles.

En ce moment de transition, nous avons à développer la souplesse, et ainsi nous familiariser avec ce que nous ne connaissons pas.
Apprenons à mettre instantanément à distance l’imprévu qui nous arrive.
En voyant les choses de plus loin, nous pouvons les transformer, découvrir leur sens, et l’enseignement qui en découle.
Ne nous laissons pas distraire, remplissons chaque instant de lumière.
Il y a en chacun de nous une zone de silence, à rejoindre.
Celui-ci est un chemin vers la lumière intérieure.
Il nous permet une grande détente et nous initie à d’autres dimensions.
Ce peut être un moment de guérison, où la pression et la dépendance au temps disparaissent.
C’est aussi le lieu d’une inspiration nouvelle. Le silence vient d’en haut, il nous traverse et nous enracine

Oser mourir à chaque instant, c’est se diriger ailleurs, oublier ses habitudes, et tous les clichés qui s’obstinent à nous encombrer, c’est trouver un nouveau versant de nous- même, et dévaler cette pente inconnue.
Cela peut se faire à tout âge et à tout moment.
Parfois, il suffit simplement de changer son regard, rien n’a changé, et pourtant tout est différent.
Ce n’est pas la volonté qui peut nous faire changer de regard, c’est plutôt un abandon, un accord total avec ce qui est, ainsi la lumière peut s’y glisser.
En lâchant tous nos attachements, nous retrouvons notre liberté originelle.

La peur est notre seule prison
En entrant très consciemment jusque dans nos petites peurs quotidiennes, nous pourrons traverser l’infini, et la peur de la mort.
Commençons à petits pas, cela ouvre un espace de liberté qui nous permet de tout imaginer.

Enlever le rideau de la peur, c’est accueillir ce qui est. La route que nous avons prise, quelle qu’elle soit, est celle que notre âme a choisie.
Tous les obstacles nous font grandir.

Toutes les défaites, lorsque nous en avons une vision claire, sont des victoires sur un autre plan…

Tout est bien, j’ouvre les mains à l’infini, à ce qui veut bien me traverser, à ce qui est.
Tout est juste et sera bien, tout ce qui arrive, je le choisis, et je cherche à découvrir ce que les événements m’apprennent, ce que la vie veut me dire, en quoi elle m’assouplit, en quoi elle me grandit.

La vie renverse les murs que nous avons édifiés pour nous protéger.
Ainsi l’horizon peut s’ouvrir devant nous dans un grand courant de joie et d’amour.