Méditation mars 2018 | rencontre méditation respiration

Méditation mars 2018

Il n’y a pas d’arrêt possible, aucun lieu où se reposer, la vie sans cesse nous poursuit.
Nous allons accepter tout ce qui est, en commençant par la sensation corporelle, par exemple la fatigue ou le refus de ce qui se présente.
Il s’agit donc d’accueillir, regarder, laisser tout se dissoudre, et de cette manière nous enraciner.
Dans la vie courante, l’énergie a tendance à se diriger vers le haut, se perdre dans le mental. « Chez les occidentaux, disait monsieur Tsuda, l’énergie n’est même plus dans la tête, elle est dans le chapeau ! » Visualisons le contraire : l’énergie descend dans les pieds, et là encore nous nous enracinons.
Lorsque nous pouvons accompagner notre fatigue par exemple, jusque dans la terre, il reste une sorte de pétillement dans le corps, de renouveau. Une aube inconnue se glisse dans le corps, l’âme et l’esprit. C’est le printemps qui s’annonce, accueillons-le. Osons le printemps, osons le renouveau.
Aidés par la conscience, nous pouvons renaître à chaque instant, l’important est de ne jamais l’oublier. Ne nous laissons pas envahir par le négatif, fasciner par le fantôme dans le placard ! : voyons le clairement pour qu’il puisse se dissoudre, la lumière gagne toujours. Ainsi nous aurons transformé tout ce qui pouvait nous nuire, et débusqué tout ce qui se cachait en nous, grâce à la vigilance et l’observation.

S’abandonner totalement, ne plus se battre contre l’inexorable permet un grand repos.
Nous ne cherchons plus à changer les choses, mais à se glisser en elles, pour qu’elles fassent partie de nous et de notre destinée : nous participons avec douceur, discrétion et détermination à ce que la vie nous enseigne.
Tout devient simple, naturel, accepté.
Passer de « je veux », à « qu’est-ce que la vie veut en moi ? ».
Dans cet état de conscience élargie, le petit « je » lâche du lest ,
cela permet à une autre énergie de se dévoiler.


L’isolement est une coupure de nous-même, qui nous sépare du monde, et des autres, alors qu’une solitude choisie peut parfois devenir un chemin vers l’unité. Lorsqu’on se sent immergé dans le tout, la solitude n’a plus de réalité.
Dans notre infime petitesse, nous sommes l’hologramme de l’univers entier.
Il y a une graine d’éternité en nous, n’oublions pas d’en prendre soin et de la faire grandir.

Nous avons le pouvoir, lorsqu’il vient d’un élan de l’âme, de nous unir à l’humanité toute entière.