Méditation mai 2018 | rencontre méditation respiration

Méditation mai 2018

L’agitation est comme une maladie contagieuse.
Elle nous empêche d’atterrir, de nous enraciner, et de découvrir notre richesse intérieure. Nous portons pourtant constamment en nous un trésor dans lequel nous pouvons puiser. Il y a toujours un secours possible lors des moments de détresse.
Soyons vigilants, et entrons dans une compréhension du cœur face à tous les événements de notre vie.
Il s’agit de passer d’une position de victime à un état d’ouverture et d’accueil.
Ainsi ce qui arrive nous dérange de moins en moins.
Nous constatons alors qu’il nous est demandé de grandir par l’expérience et d’en faire notre miel !

Rester en état d’évolution, c’est rester vivant
. Peu importe l’âge, la maladie, ou l’amoindrissement des facultés ; tout cela peut devenir un chemin de découverte. . Nous sommes multiples, et de nouveaux sentiers n’ont pas encore été explorés.
Il y a toujours d’autres défis, d’autres appels, d’autres façons de se transformer, d’évoluer ou de changer, une autre façon aussi de voir et de ressentir

Voyons ce qui est vraiment important dans notre vie… ce qui nous fait grandir ; voyons ce qui nous fait oublier le « moi-je », toujours encombrant, l’égo qui a sans cesse besoin d’être nourri.
Lorsqu’il est vu et reconnu, il est désamorcé, même si le résultat ne se manifeste pas immédiatement ; parfois, une des conséquences de cette reconnaissance est une profonde détente du corps.

La méditation est un moment d’attention particulière, attention à soi-même, à ce que l’on ressent, à la circulation de la vie dans le corps.
C’est aussi un moment de présence aux problèmes que chaque jour nous apporte, ainsi nous pouvons poser sur eux un autre regard, et laisser se développer l’intensité de vie dans notre corps.
Soyons présents à tout ce qui nous entoure, d’abord à nos proches, ensuite à notre pays, au monde, à l’univers, à tout ce qui est.
Imaginons l’énergie qui nous vient par les pieds, nous remplit complètement, nous traverse, et nous relie au ciel.
Lorsque nous sommes enracinés, en terre et au ciel, alors nous pouvons de toutes nos facultés répandre autant d’amour que possible, parce que la force nous est donnée de le faire.
Alors, la méditation contient une telle intensité qu’elle ne peut plus être un lieu de sommeil.
C’est maintenant le moment ou jamais de ressentir vraiment cette présence à soi-même, cet éveil.
Nous sommes chacun enfermé dans notre fatigue, dans nos soucis, dans nos difficultés. Lâchons les fardeaux et soyons présents à nous-mêmes, à notre lumière.

Ponctuellement, la méditation les yeux ouverts permet de projeter sa vigilance, évite l’endormissement et développe une intensité particulière, d’autre part fermer les yeux nous rapproche de l’intériorité et de la profondeur.
La méditation n’est pas une absence, c’est une présence à toutes les dimensions de la vie.
Pendant ce temps, observons ce qui se passe, en nous et autour de nous ; observons les univers que nous portons, et voyons comment l’intérieur et l’extérieur se rencontrent. C’est par cette présence au corps, et surtout par la sensation des pieds sur le sol, que l’on peut ressentir le tout, l’unité. Nous sommes incarnés, nous ne pouvons pas nous passer de cette incarnation, et c’est à travers le corps que nous nous dépassons, que nous grandissons spirituellement…

Le silence nous donne le temps, le temps d’exister autrement.